Saint Germain
des Champs



Rechercher      Commune Web





Hameaux


Météo
Ephéméride





Numéro 101 du 8 février 2016
 
Editorial

Lune d'hiver à Montmardelin
Feux tricolores de la digue du Crescent

Lors du conseil municipal du 29 janvier 2016 votre conseil municipal a voté à l’unanimité pour affirmer sa volonté de voir la Communauté de communes réinstaller les feux tricolores sur la digue du Crescent.

Il s’agit pour le Conseil d’une question de sécurité pour les utilisateurs, de la facilitation du passage pour tout un chacun, d’une cohérence dans le cadre de l’aménagement touristique du lac du Crescent, de l’ouverture à l’’utilisation des deux sites aménagés de part et d’autre de la digue.

Notre Conseil municipal s’est engagé à participer financièrement dans le cadre de la CCAVM tenant compte de la subvention à 60% dans le cadre de la DETR sollicitée par la communauté de communes.
S’agissant d’une voie communautaire et de développement touristique, donc de développement économique, la communauté de communes est disposée à s’engager dans la démarche. EDF participerait en fournissant l’électricité et une convention de maintenance serait passée entre la communauté de communes et EDF.

Dans le même temps le Conseil municipal de Chastellux sur Cure a voté à l’unanimité contre la réinstallation de ces feux tricolores et a affirmé lors d’une réunion tripartite (Maire de Chastellux, maire de Saint Germain des Champs, président de la communauté de Commune) son rejet de la proposition émanant de St Germain.

Dont acte ! Mais à chacun d’assumer ses responsabilités !

Le Maire. Michel Millet

ETAT CIVIL

Naissance
Nous accueillons avec plaisir la naissance de Adélie, Anne-Marie, Christiane Fèvre, née le 21 janvier 2016 à Semur en Auxois.
Félicitations aux heureux parents.

Décès
Nous déplorons le décès de Monsieur Jean Ferre décédé le 31 janvier 2016 à Avallon.
Nous présentons nos sincères condoléances à la famille.

DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 JANVIER 2016

Avenir de l’école sur le secteur de Quarré les Tombes :
Monsieur le Maire présente au Conseil municipal le compte rendu des diverses réunions qui ont eu lieu au sujet de l’avenir de l’Ecole sur notre territoire :
Réunion en sous préfecture avec Madame la Sous Préfète, madame la Directrice Départementale des services de l’Education Nationale, Madame l’Inspectrice de circonscription, Monsieur le Député Maire d’Avallon, l’ensemble des maires du territoire concerné.
Réunion avec les services du Conseil Départemental des transports scolaires s’engageant à revoir les circuits de transports scolaires afin d’en diminuer la durée pour les enfants.
Réunion des maires de Quarré les Tombes, Saint Brancher et Saint Léger
Vauban avec Madame l’Inspectrice de circonscription.
Le Conseil municipal prend note des arguments présentés par l’Administration départementale de l’Education Nationale en vue de la suppression des écoles de Saint Brancher et Saint Léger Vauban : baisse globale des effectifs sur l’ensemble de notre territoire, gestion du personnel, suppression des classes uniques.
Le Conseil municipal prend connaissance de la proposition de l’Administration Départementale de l’Education Nationale : suppression des classes uniques de Saint Brancher et Saint Léger Vauban, création d’un regroupement pédagogique intercommunal concentré de 5 classes à Quarré les Tombes avec création d’une décharge partielle de direction.
Le Conseil Municipal, à l’unanimité, conscient de l’évolution démographique de la population scolaire, profondément attaché à la défense des services publics en zone rurale, considérant que l’école est l’un de ces services dont la présence est essentielle :
Acte la proposition présentée par l’Administration départementale de l’Education nationale.
Si cette proposition venait à être appliquée demande avec insistance que cette mesure soit reportée à la rentrée scolaire 2017 afin de pouvoir préparer l’opinion publique et notamment les parents d’élèves à cette perspective et de permettre à la municipalité de Quarré les Tombes d’engager les travaux nécessaires à l’accueil sécurisé des enfants. Dans cette hypothèse le Conseil municipal sollicitera le service de transport scolaire du conseil Départemental pour mettre en place un service de transport scolaire spécifique diminuant au maximum le temps de transport des enfants.

Enfouissement des réseaux aériens de communications électroniques d’Orange
Dans le cadre de l’enfouissement des réseaux au bourg, rue de Vézelay, le Conseil à l’unanimité mandate le Maire pour signer la convention particulière CNV-FC4-54-00067140 avec Orange. Coût : 678,37€

Programme des travaux 2016 sur les chemins
Monsieur Rémy Commaille responsable de la « commission chemin » présente les propositions de travaux sur les chemins suivants : CR n°15 (chemin des Maulats), CR n°53 (chemin des Charmes), CR n° 70 (chemin du Bibi) et CR n° 74 (chemin des Teuriers.)
Il est décidé de consulter diverses entreprises pour la mise en concurrence. Le Conseil municipal arrêtera les décisions dans le cadre de l’élaboration du budget.

Entretien de voirie
Monsieur le Maire informe le Conseil municipal que cinq entreprises ont été consultées. Deux d’entre elles n’ont pas apporté réponse, deux autres ont répondu négativement.
Après en avoir délibéré le conseil municipal retient la proposition de l’EURL de l’Houche s’élevant à la somme de 6 552 €.

Protection de l’église contre la foudre
Monsieur le maire informe le Conseil municipal que les entreprisses suivantes ont été consultées et ont répondu : Entreprise Bodet, entreprise heur’tech-Sarl Chomel, Entreprise Horloge Plaire.
Après en avoir délibéré le Conseil municipal retient la proposition de l’entreprise heur’tech-sarl Chomet moins disante pour la somme de 8 724 €.

Contrat d’entretien du système de protection contre la foudre
Le Conseil municipal, après débat, accepte le contrat d’entretien du système de protection contre la foudre s’élevant à 156 € TTC annuellement à compter du 1er janvier 2017 et autorise le Maire à signer ledit contrat

Assainissement ancien couvent
Le Maire informe le Conseil municipal qu’il est nécessaire de procéder à la mise aux normes de l’assainissement du bâtiment dit « ancien couvent ».
Après en avoir délibéré le conseil municipal mandate le Maire pour contacter diverses entreprises.

Convention SDIS
A l’unanimité le Conseil municipal mandate le maire pour signer la convention relative aux modalités de recouvrement de la contribution des communes et EPCI au Service Départemental d’Incendie et de Secours de l’Yonne.

Feux tricolores du Crescent
Le Conseil municipal par souci de sécurité exprime à l’unanimité sa volonté de voir installer, par la CCAVM, les feux tricolores au barrage du Crescent et mandate le Maire pour négocier sur la base d’une prise en charge de la dépense à hauteur de 30% par la commune.

Désignation d’un délégué et suppléant GEMAPI
Le Maire informe le Conseil municipal que suite au transfert de la compétence Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations au parc naturel du Morvan il importe de désigner un délégué titulaire et un suppléant.
Après en avoir délibéré le Conseil Municipal désigne Monsieur Thierry Maïssa en qualité de délégué et Monsieur Emmanuel Duché en qualité de suppléant.

Informations et questions diverses
Suite au vol des panneaux électoraux pour lequel plainte a été déposée il est décidé de surseoir à leur remplacement.
Travaux ancienne poste : Il est décidé de procéder au changement nécessaire de certaines huisseries et à la pose d’une VMC.

VIE ASSOCIATIVE

Gym
Afin de faciliter l’entretien du foyer communal il est demandé aux participants de bien vouloir se munir de baskets propres en entrant. Merci.

Foot
Date des prochains matchs  à Quarré :
21 février à 14 h 30
20 mars, 10 avril et 22 mai à 15 h.
N’hésitez pas à aller soutenir nos joueurs qui portent AVEC Quarré les Tombes les couleurs de notre commune.

Mémoires vivantes du canton de Quarré les Tombes
Assemblée générale le 27 février 2016, à 15 h, à la mairie de Quarré les Tombes.

Club des aînés et retraités.
Le club organise une sortie le jeudi 24 mars à la Nouba.
Coût : 63 €.
Les inscriptions sont prises jusqu’au 16 février par téléphone au 03 86 34 33 36

HISTOIRE DE L’ENLEVEMENT DE L’ANCIEN CIMETIERE

Texte de Monsieur Louis Devoir en juin 1985

« Dans l’ancienne église telle qu’elle nous a été décrite par divers auteurs, dont le plus ancien est l’abbé Baudiau dans son ouvrage « Le Morvand » le clocher se trouvait au centre de l’édifice qui était de bien moindre importance qu’il n’est aujourd’hui. Le cimetière l‘entourait de toutes parts. Il n’aurait été clos de murs que bien longtemps après son édification. Ainsi est il décrit par ce même auteur : « Le cimetière n’était pas clos, aussi les bêtes en faisaient leur pâture, les marchands leur lieu d’étalage et les joueurs le théâtre de leurs amusements » Il ajoute « Pierre Donnet, prêtre irascible le profana par suite d’un coup d’épée porté à l’un de ses paroissiens » Il exerçait son pastorat vers l’an 1650 (Histoire Abbé Tissier).

Les murs, qui furent construits pour le clore, devaient avoir une certaine hauteur au dessus du sol, ne subissant pas de poussée des terres, ayant peu de résistance à leur opposer, étaient de faible épaisseur.

A la construction de la nouvelle église, commencée en 1868 et achevée en 1871, les terres de déblaiement furent étendues dans l’espace resté libre autour. La hauteur du terre plein augmenta et les murs déjà très vieux cédant à la poussée s’écroulaient partiellement et fréquemment. Leurs réfections devenait plus dispendieuse qu’une reconstruction totale. C’est ce que le Conseil municipal décida en 1933.

Profitant de cette occasion la place publique fut agrandie. Les murs de soutènement furent reconstruits plus près de l’église. Le projet fut établi par Monsieur Rayssier, ancien ingénieur en chef de l’équipement et les travaux confiés à l’entreprise Dangauthier de Vault de Lugny. Les terres de déblaiement furent transportées sur un terrain communal en haut du village. Les nombreux ossements recueillis furent mis dans une fosse au centre de ce terrain. Sur tout ce pieux dépôt, terre et ossements, des sapins furent plantés afin que ce lieu ne fut pas profané. Une clôture sur pieux en ciment fut respectée tant que les arbres n’eurent pas une certaine hauteur. Elle disparut peu à peu. Aucun vestige n’en subsiste.

L’entrée principale de cet ancien cimetière donnant accès à l’église était close par une barrière en fer entre deux piliers.

A droite de l’entrée se trouvait la croix qui fut transférée en haut du tertre plein,, à gauche de l’allée conduisant à l’église. A son enlèvement on put constater l’importance du remblai apporté car trois gradins entourant cette croix s’y trouvaient enfouis.

Du fait de mes fonctions d’adjoints au maire, à l’époque où ces travaux eurent lieu, je me rendais souvent sur le chantier. Une découverte qui fut faite m’intrigua et m’intrigue encore. Immédiatement sous la croix, au centre du calvaire, se trouvait debout une pierre de granit de 2,50 m environ de hauteur que les ouvriers mirent à jour. Malheureusement quand j’arrivai ils avaient commencé de la mettre en morceaux pour l’utiliser à la reconstruction du mur. J’ai fait transporter cde qu’il en restait sur un terrain que je possédais face au bureau de poste. J’avais pensé que ce monolithe pouvait être un menhir, monument druidique, et que sa position sous la croix était peut être une allégorie : la religion chrétienne s’étant substituée à la religion païenne. Monsieur Jean Garnier, ingénieur général du génie maritime, notre voisin des Granges de Quarré, très averti des choses du passé, ayant fait et faisant encore d’intéressantes recherches sur les anciennes voies gauloises et romaines qui sillonnaient notre région, donne un autre avis à son sujet. D’après lui cette pierre pourrait être une borne jalonnant la voie romaine traversant le bourg, parallèle à la voie Agrippa.

Ces bornes étaient espacées d’une lieue et voici ce que Monsieur Garnier écrit à leurs sujets : «  ces bornes à l’époque gallo-romaine étaient des monuments bien visibles, de deux mètres de hauteur et sont souvent à l’origine des carrefour. On trouve aussi vers leur emplacement des églises de même que dans nos anciennes colonies on trouvait, explique Monsieur Clos Arséduc, ingénier en chef géographe, le ‘café du kilomètre 17’, ‘le carrefour du kilomètre 43’. Aussi est il intéressant de chercher sur la partie reconnue de notre voie s’il existe des carrefours situés à une distance voisine soit de 2 222 m, longueur de la lieue gauloise, soit de 2 415 m, celle de la lieue romaine. Voici le résultat de cette recherche (distances mesurées sur la carte, donc imprécises) ; Du carrefour antique des Cabanes à l’est du carrefour actuel à l’église de Saint Germain, 2200 m.
De l’église au carrefour du chemin de Quarré à Avallon par Le Meix (chemin des Chagnies, route d’Auxon) 2300 m. De ce carrefour à celui des Velars (route des Granges à Charmolin) 2 100 m. De ce dernier carrefour à celui du chemin de Quarré à Avallon (les Breulottes) 2250 m »
Telle est l’explication donnée par Mr Garnier sur ce qu’aurait pu être cette pierre insolite.

Une autre découverte qui fut elle aussi faite au cours de ce déblaiement provoqua une certaine curiosité : Pas très loin de la croix un cercueil en plomb fut mis à jour. Aucune indication précise ne put être donnée sur le défunt qui y reposait. Il fut ré inhumé au cimetière dans le carré réservé aux fosses communes. Une généreuse personne eut le geste pieux de faire apposer sur cette tombe anonyme une croix de bois portant en inscription : « Ici repose un chrétien ». Les années ont passé, le temps, les intempéries ont fait leur œuvre destructrice. Aucune trace ne subsiste désignant l’endroit où cette ré inhumation eut lieu.



| site réalisé par | mentions légales | liens divers | © 2000-2014