Bulletin Municipal de la Commune de Saint-Germain-des-Champs
Numéro 12 du 10 mai 2002
La ferme de la Ronce
 
Editorial du Maire
Liberté - Égalité - Fraternité

Pendant quinze jours les bases de notre République ont été ébranlées.
Dans notre commune, comme dans tout groupe humain (famille, milieu de travail, conseil municipal), nous ne pensons pas tous la même chose. C'est heureux. C'est ce qui permet le dialogue. C'est le fondement même du débat démocratique.
Ceci n'est vrai que si sont respectées les valeurs fondamentales qui tissent la qualité des relations entre les hommes. Parmi celles-ci se trouvent

Le respect absolu de l'autre, de tous les autres, sans distinction. Cela s'appelle Fraternité.

La conviction que chacun d'entre nous a la même valeur, quel qu'il soit. Cela s'appelle Égalité.

Ces deux valeurs sont les conditions d'une autre aussi fondamentale qui s'appelle Liberté.

Celle ci nous autorise à exprimer les diversités de nos pensées dans le respect mutuel.

C'est pour ces raisons que lors de la cérémonie du 8 mai, célébrant ceux qui sont morts pour la défense de ces valeurs, piliers de notre République, nous avons demandé à ce que nous chantions ensemble la Marseillaise, hymne de l'ensemble du peuple de France.

C'est pour cette raison également que le conseil municipal a mis à l'étude le projet d'inscrire sur la façade de la mairie la devise fondatrice de la République.

Liberté, Égalité, Fraternité

Fassent que les tensions nationales de cette dernière période soit l'occasion de se réapproprier ces valeurs !

Le Maire Michel Millet.

Décisions du Conseil Municipal du 10 mai 2002

I. INDEMNITÉS DES ADJOINTS.

Les indemnités de fonction des adjoints ont été revalorisées par les dispositions de la loi de février 2002 relative à la démocratie de proximité. Le conseil a décidé de reprendre cette question en novembre dans le cadre de la confection du budget 2003.

II. AMÉLIORATION DE LA VOIRIE COMMUNALE.

Le conseil municipal mandate le maire pour demander les subventions relatives au programme 2002 d'amélioration de la voirie communale.

III. SONNERIE DE L'ÉGLISE.

Le conseil municipal autorise le maire à signer le devis de réparation de la sonnerie de l'église (mise en conformité électrique) s'élevant à 1 873,06 €. et à souscrire un contrat d'entretien annuel pour la somme de 156 € H TVA auprès de l'entreprise Bodet.

IV. RÈGLEMENT D'ASSURANCE.

Le conseil municipal accepte le remboursement de 304,55 € correspondant aux dégâts causés au foyer communal lors de l'incident du 31 décembre 2001 et celui de 539,49 € suite au sinistre causé par la foudre au matériel informatique du secrétariat.

V. MATERNITÉ D'AVALLON.

Le conseil municipal adopte une motion de solidarité pour le maintien de la maternité à Avallon.

VI. ASSOCIATION D'AIDE A DOMICILE.

Suite à la demande formulée par le Conseil d'Administration de l'Association d'Aide à Domicile du canton le conseil municipal inscrit au budget la participation de 0,2 € par habitant pour l'année 2002.

VII. REDEVANCE FRANCE-TELECOM.

Le conseil municipal décide de fixer les droits de passage sur le domaine public à 24,51 € du kilomètre d'artère.

VIII. CONTRAT D'ASSURANCE DES RISQUES STATUTAIRES.

Le conseil municipal charge le Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de l'Yonne de souscrire pour son compte des conventions d'assurance auprès d'une entreprise agréée et autorise le maire à signer les conventions en résultant.

IX. ENFOUISSEMENT DES RÉSEAUX ET ÉCLAIRAGE PUBLIC.

Le maire informe le conseil municipal de l'inscription de la commune dans le plan d'enfouissement des réseaux téléphoniques et électriques au bourg. La pose de l'éclairage publique rue des ânes se fera par réseau enterré ainsi que l'extension de réseau aux nouveaux pavillons de la route du Meix. Le conseil municipal décide de profiter de cette opération pour remplacer progressivement les lampadaires actuels par des lanternes valorisant davantage le village.

X. QUESTIONS DIVERSES.

Le maire informe le conseil municipal que la commune est officiellement inscrite dans l'opération cœur de village et reçoit à ce titre, pour commencer, une subvention de 7310 € pour l'enquête préalable en cours.

Il informe également que les dossiers de demande de subvention pour le reboisement du Boulamont et la création du chemin forestier dans les réserves sont acceptés.

Il invite le conseil municipal à se rendre prochainement au cimetière pour étudier sur place les aménagements nécessaires.

Enfin question sera posé auprès du service de la DDE sur la dangerosité ou non pour les motos de l'aménagement au centre de la place de l'église.

Etat Civil
Naissance :
Nous avons le grand plaisir d'accueillir deux naissances, celle de Mathieu Commaille, à Ruissotte, né le 29 avril et celle de Margot Poillevey, au Meix , née le 6 mai .
Nous souhaitons beaucoup de bonheur à nos deux jeunes nouveaux habitants et présentons toutes nos félicitations aux parents.

Décés :

Nous avons par contre le regret de déplorer le décès de Madame Chapuis Germaine, Yvonne survenu le 2 mai .
A sa famille nous présentons nos très sincères condoléances.

Communiqués
REPAS A DOMICILE.

Plusieurs personnes bénéficient du portage du repas à domicile et s'en montrent très satisfaites. Ce service est à la disposition de toutes personnes âgées ou non, momentanément ou durablement en difficulté pour faire son repas. N'hésitez pas à téléphoner en mairie pour vous renseigner si vous souhaitez utiliser ce service.

NOUVEAUX RÉSIDENTS.

Vilaine est à l'heure européenne, bienvenues à Robert Hendrikx, Roland flierman, Katja Boon et Sabine Debrue des Pays-Bas


Le conseil municipal à fait le choix du carrelage et de la faïence pour la cuisine du foyer communale, les travaux sont pour octobre 2002.

Vide greniers à Saint-germain :

Le 26 mai 2002 à partir de 7 h 30

Buffet et buvette

Inscription sur place 1,50 € le mètre linéaire

< Départ en retraite de Mme BELLI le 13.03.02

 

MÉMOIRES VIVANTES DU CANTON DE QUARRE LES TOMBES.


Suite à la parution dans la presse locale de l'annonce de la création de l'association "Mémoires vivantes du Canton de Quarré les Tombes" nous avons reçu d'une personne d'Appoigny copie de l'article ci-dessous paru dans L'Avenir du Tonnerrois de 1926 :

Nous avons récemment annoncé qu'un de nos compatriotes, M.Marcel GAUDIN,grand blessé de guerre, médaillé militaire et croix de guerre, avait été désigné pour veiller sur la tombe du Soldat inconnu et sur la flamme du Souvenir qui brûle constamment sous l'Arc de Triomphe. Notre confrère et compatriote M. René Rigal est allé rendre visite à M. Marcel Gaudin et de la relation de l'entretien qu'il a eu avec le gardien de la flamme, et qu'il a publié dans Le Bourguignon nous extrayons ces passages.

Je suis né à Saint Germain des Champs, nous a dit M.Gaudin. J'étais cultivateur et je n'avais jamais quitté ce joli coin avallonnais quand, comme conscrit de la classe 1913, je fus appelé sous les drapeaux au 59ème régiment d'artillerie montée, alors en garnison à Vincennes.

Je comptais 8 mois de service quand la guerre se déclencha. Je partis aussitôt au front avec mon régiment. Bientôt j'étais nommé brigadier. En novembre 1915, à Aix Noulette, au cours d'un violent bombardement ennemi, un obus tomba sur ma pièce. Huit de mes camarades furent tués sur le coup : je m'en tirais avec la cuisse gauche fracassée.

Un traitement assez long, des soins habiles m'ont évité une amputation. Grâce aux fils d'argent qui relient désormais à ma hanche mon fémur gauche raccourci de huit centimètres je puis me tenir sur mes deux pieds mais je marche avec une grande difficulté.

Réformé, rendu à la vie civile, je ne pouvais songer à retourner à saint Germain pour y gagner ma vie. J'entrais alors comme maître-vérificateur aux usines Salmson à Billancourt. Il y a quelques mois je pris, place d'Italie, un petit commerce. Mais mon impotence jointe à ma fatigue ne me permit point de l'exploiter comme il convenait.

J'étais fort ennuyé car je suis marié et père de deux enfants. J'appris alors que l'association " la flamme " qui a pour but de ranimer chaque jour, à 6 heur du soir, la flamme sous l'arc de Triomphe avait décidé de désigner un gardien rémunéré à la tombe du Soldat inconnu. Je postulai pour cet emploi qui me fut accordé.

Je ne suis pas un fonctionnaire mais le représentant officiel de l'association " La Flamme ". J'ai pour mission, naturellement, de veiller à ce que la flamme ne s'éteigne point ; Je suis également chargé de recevoir les délégations venant rendre hommage au Soldat inconnu ; d'enlever les fleurs fanées et de disposer sur la dalle sacrée les gerbes apportées.

En principe mon service s'étend de dix heures à 7 heures du soir. Je suis ici en plein courant d'air, mais j'en ai supporté d'autres…"

Des commentaires? Exprimez-vous dans le courrier des lecteurs (version éléctronique uniquement)

 

Accueil Saint Germain des Champs