Voeux 2008
 
Si l’on jette un regard sur les 7 années passées de notre mandat on réalise qu’il en est comme de la vie personnelle de chacun d’entre nous : ombre et lumière.

Ombre et douleur: Je veux rappeler ici la mémoire de nos deux amis Jean Philippe Wegmann et Jean Claude Fort qui nous ont quittés au cours de ce mandat. Leur souvenir demeure présent. Le vide de leur absence persiste.

Ombre et regret : Nous n’avons pas réussi notre projet collectif de transformation du SIVOM en communauté de communes et nous en pâtissons en terme de manque de dynamisme cantonal et de revenus financiers pour le canton.

Lumière : D’abord parce que nous avons débuté notre mandat avec un conseil municipal divisé par le jeu des tensions électorales et très rapidement s’est mise en place une équipe unie sur les projets et la conduite de l’action sans que personne n’y perde son âme. A tel point, vous le savez et c’est un signe fort, que la quasi-totalité de l’équipe actuelle, enrichie de personnalités et compétences nouvelles, sollicitera de votre part un nouveau mandat pour poursuivre et amplifier les actions initiées.

Lumière, parce que nous avons la satisfaction d’avoir tenu la totalité des engagements que nous avions pris face à vous en 2001 : Information/communication par la transmission de toutes informations et décisions concernant la vie de notre collectivité ; schéma directeur d’assainissement et PLU (même si pour ce dernier le résultat demeure en deçà de nos espérances) qui nous permettent pour les années à venir d’avoir une vision claire de l’urbanisation de notre territoire ; gestion nouvelle de la forêt grâce au schéma de développement établi en lien avec l’ONF et à la certification des bois; politique de l’enfance avec la création du regroupement pédagogique qui met notre école à l’abri des risques de fermeture pour les années à venir et lancement du centre de loisirs pour répondre à la demande de parents de St Germain et de St Brancher ; développement de l’habitat avec la création de 5 logements locatifs dans le cadre de Cœur de Village et lancement du lotissement avec 6 lots d’accession à la propriété pour accroître notre population et nous enrichir culturellement de cet apport d’une population nouvelle ; aménagement programmé du cimetière et construction d’un local technique ; développement et consolidation de notre CPI etc.

D’aucuns, parfois, nous font, en sourdine, le reproche de « dépenser l’argent de la commune » économisé par nos prédécesseurs comme si notre mission était de thésauriser. D’abord merci à ceux-ci qui nous permettent aujourd’hui de développer notre commune. Ensuite la question n’est pas de savoir si nous avons dépensé de l’argent. C’est évident ! La question est de savoir si les dépenses réalisées le sont à bon escient. Le Conseil municipal estime avoir réalisé des investissements utiles pour l’avenir de notre commune. Nous savons, parce que nombreux sont ceux qui nous le disent, que la grande majorité d’entre vous partage cette analyse. Ces investissements ont été réalisés sans augmenter la pression fiscale et, vous avez pu en être témoins par les informations régulières du bulletin municipal, en sollicitant sans relâche tous les co-financeurs possibles. Nous tiendrons cette ligne aussi longtemps que nous le pourrons tout en sachant, il faut être clair, que des menaces planent sur les dotations financières accordées aux communes (fin annoncée du contrat de croissance, interrogation sur le maintien et la répartition des impôts locaux…) alors que dans le même temps les transferts de charges pèsent de plus en plus lourdement sur les collectivités.

Avons-nous satisfait tout le monde ? Bien sûr que non ! Mais sommes nous élus pour plaire ou pour faire ? Sauf à tomber dans le populisme nous avons dû sur sept années parfois répondre « non » à certaines demandes, rappeler fermement l’exigence de respect des textes, réagir face à certains comportements non respectueux des exigences de vie collective ou contraires au bien commun. C’est beaucoup plus difficile que d’acquiescer systématiquement et d’accepter tout et son contraire. Mais nous avons toujours tenté de le faire en équité, veillé à ce que la législation et les règles communales adoptées s’appliquent à tous, sans favoritisme ni discrimination.

Et nous nous réjouissons qu’au cours de ce mandat nous ayons rencontré beaucoup plus de compréhension, d’écoute, de partage, de dialogue que de contradiction stérile et systématique. Je tiens, et le Conseil municipal avec moi, à remercier toute la population de Saint Germain pour ce climat de fraternité, ce sens de la citoyenneté, que chacun e et chacun contribuent à développer.
Cet esprit est imputable à la volonté d’écoute des membres du Conseil municipal, mais aussi au dévouement du personnel communal, à l’engagement des associations au service de l’animation communale. Merci à eux.

E les vœux que vous adressent le Conseil municipal et votre maire sont, outre nos vœux pour chacun de vous de bonne santé et prospérité en cette année 2008, le vœu profond que cet esprit de convivialité continue d’exister et de se développer sur notre commune.

C’est aussi le souhait de pouvoir notamment poursuivre la politique de l’enfance, essentielle à l’avenir de notre communauté et en même temps de favoriser les lieux et moments de rencontre pour nos aînés. Nous nous y emploierons prochainement en lien et accord avec les animateurs actuels du club des aînés.

C’est encore de continuer ensemble à travailler hardiment au développement de notre commune. Nous sommes porteurs pour cela de tout un ensemble de projets ambitieux concernant le développement économique et touristique, les services à la population, la sécurité notamment routière, le patrimoine communal etc. L’équipe que nous conduirons affinera ce programme dans la semaine à venir. Nous vous le proposerons ensuite partous les moyens autorisés pas la loi dans le cadre d’une campagne électorale.

Mon dernier vœu, c’est que, quelque soit l’équipe que vous élirez démocratiquement et à qui vous confierez la conduite de notre commune celle-ci soit composée de femmes et d’hommes animés par le seul souci du bien commun, dénués d’ambition personnelle, décidés à mettre leurs compétences et à donner de leur temps au service de tous, sans distinction ni a priori idéologique.

C’est ce que je nous souhaite pour cette année et les années à venir.

En attendant, selon une tradition bien établie désormais, je vous invite à partager, en toute convivialité, la galette républicaine.