Saint Germain
des Champs



Rechercher      Commune Web




Hameaux


Météo
Ephéméride


La commune - 3ème partie
| première partie | deuxième partie | troisième partie |

Parsemée d'étangs, la région favorisait le flottage. Il fallait activer et régulariser les lancers par d'importants lâchers d'eau. Parat identifia jusqu' 26 retenues. Il en reste une en 1900. Un hameau s'est développé sur ses bords, cité dès 1348 mais développé surtout après I8IO, L'étang faisait fonctionner un moulin à farine sur la chaussée rétablie en I8IO par les Chastellux. A côté T. Barrey moud en 1900 navette et noix pour son huilerie. C'est l'industrie locale avec la scierie vapeur de M. Daviot, Quant au moulin de LINGOULT, cité dès 1408. il suscita en 1900 l'engouement des photographes tentés par le curieux profil des rochers reflétés dans le bief : la momie...

Railly est un hameau centré sur le château reconstruit en 1759, et marqué par la présence de la famille Houdaille depuis 1806 avec Léonard Houdaille. Un Houdaille fut Maire et Conseiller Général sous le Second Empire. Une tragédie atteignit la famille en 1860 : Achille Houdaille fut tué à la chasse dans les bois de la Bouchoise où une croix commémore l'événement. Le château, enrichi de deux tours et d'un corps de logis, domine les gorges de la Cure qu'un pont en pierre à deux arches permet de franchir depuis I8IO. Le barrage du Crescent modifia le paysage en créant une retenue dont la queue vient battre les basses prairies de Railly. L'ensemble accueillit M. Terrus et le laboratoire des premiers studios Eclair.

Parmi les hameaux, Le Meix tire son nom d'une ancienne forteresse dépendant des Chastellux et dont subsistait en 1863 une vieille porte et quelques fossés. L'habitat archaïque couvert de chaumes explique les nombreux incendies signalés tout au long du XIXème siècle : en 1847 à Vilaines, aux Chasses par accident, ou la suite d'un coup de foudre. A Lautreville enfin, où existait anciennement un Hospice de la Madeleine, sur les chemins antiques et médiévaux, la famille Morot accueillit en 1793 un prêtre réfractaire, Biaise Bégon, curé de Quarré, recherché par la Garde Nationale et qui mourut là en 1795. L'Abbé Henry lui fit ériger en 1826 un monument en marbre noir.

 

| première partie | deuxième partie | troisième partie |

 

| site réalisé par | mentions légales | liens divers | © 2000-2014